Heureux ! / All right !

heureux
Désolé, ce film n'est pas accessible au public.
Il fait encore l'objet d'une diffusion spécifique exclusive (festival, télévision, VOD, etc.)
Regarder sur UniversCiné Belgium (uniquement Belgique)

universcine
ou sur la plateforme Court-circuit d'Arte creative

arte creative
Sorry, this film is not accessible yet for the audience,
because of an exclusive way of diffusion (festival, television, VOD, etc.)

"All right ! " by Thierry Van Hasselt, 35 mm, colour, 7'00'', 2007
En co-production avec FREMOK

« Heureux ! » a été élaboré dans la continuité du spectacle de danse « Holeulone » de Karine Pontiès, où les animations et les peintures sur verre se mêlent aux chorégraphies de la danseuse. Après cette expérience, à partir de tout le matériel réalisé durant la création du spectacle, Van Hasselt se lance dans la création de ce film d’animation.

'All right !' was elaborated in the continuity of the dance show 'Holeulone' by Karine Pontiès where animations and paintings on glass mix with the choreagraphies of the dancer. After this experience, using the material made during the creation of the show, Van Hasselt gets into the creation of this animated film. Thierry Van Hasselt was born in 1965 in Belgium. He created “Fremok” a publishing house of comic books. He also works as a cartoonist and collaborates with many artists such as Alex Barbier, Martin Tom Dieck, Anke Feuchten-berger, Vincent Fortemps, Marko Turunen, Michaël Matthys etc… “All right” is his first film in animation.

http://almanak.wordpress.com/filmk/

 

Thierry Van Hasselt est dessinateur et narrateur. Cofondateur des éditions Fréon, puis Frémok, il commence par produire des œuvres de bande dessinée qui allient préocupations poétiques et préoccupations plastiques. Il signe deux livres au Fremok et participe à la production d’une quarantaine de titres de bande dessinée d’auteurs dûs à des pointures internationales (Alex Barbier, Martin tom Dieck, Anke Feuchtenberger, Vincent Fortemps, Marko Turunen, Michaël Matthys etc.)

Bien vite Thierry Van Hasselt et Fremok, tout en restant liés au médium bande dessinée, multiplient les extensions et échanges avec d’autres disciplines. Le Frémok va ainsi collaborer avec des chorégraphes (Karine Ponties, François Verret) avec le théatre (Muziek Lod) ainsi qu’avec de nombreux poètes, musiciens et plasticiens.

Son premier livre, « Gloria Lopez » (une brique de 200 pages quadri paru en 1999, superbement imprimé et épuisé à ce jour) détournait les codes du récit d’investigation pour proposer une narration qui ne véhicule pas de vérité monolithique définitive. D’emblée, on est frappé par le traitement graphique des images travaillées au monotype. Elles sont à la fois très picturales et évoquent de vieilles photographies. Ce premier livre est déjà à la croisée des genres et des disciplines.

Son second livre, « Brutalis », marque la première collaboration avec la chorégraphe Karine Pontiès. Il a été élaboré en parallèle au spectacle du même nom. Ils fonctionnent comme le prolongement l’un de l’autre. Il s’agit d’une longue séquence d’images muettes, au monotype, qui déploie des paysages et des corps en mouvement et débouche sur un univers infra-narratif. Peut-être est-ce un livre qu’on ne lit pas mais qu’on regarde tout simplement. Peut-être est-ce un livre essentiellement destiné au regard et au regard seul. Un livre pour spectateur et pas pour lecteur.

Peu de réalisateurs se sont frottés à la technique, virtuose, de la peinture sur verre, filmée image par image : Mc Laren (« La poulette grise »), Alexander Petrov (« Le vieil homme et la mer »), Martine Chartrand (« Âme noire »), Florence Miailhe (« Conte de quartier ») ou Caroline Leaf (« La rue »).

La logique du film répond à celle qui préside à bon nombre de spectacles de danse contemporaine : un récit plus abstrait qui n’obéit pas nécessairement à une continuité narrative traditionnelle. Dans la danse, le corps écrit avec un langage propre la dramaturgie du spectacle. La danse est un thème courant dans l’animation (McLaren, Le « Fantasia » de Disney, Erica Russel, etc.) parce que ce sont deux domaines qui abordent spécifiquement le mouvement, mais plus rares sont les films d’animation qui établissent des liens avec la danse contemporaine

Dans le film de Van Hasselt, outre la danse, une autre dimension prend en charge le développement des évènements : la matière. Les paysages et les figures se font et se défont dans les replis de l’encre grasse. Les motifs apparaissent et disparaissent au gré des textures en décomposition. La matière grouillante met à jour des vues de campagne et de ville où des individus entament des fragments de chorégraphie : corps en couple ou isolés, recroquevillés, nus et tourmentés, visages en constante métamorphose ; le tout subsumé par la peinture ou brûlé par la lumière qui éclaire la plaque de verre par-dessous. Les instants évanescents se succèdent et rendent compte de la fragilité des êtres et de leur relation.

La musique de Julie Rousse, aux accents parfois âpres et dissonants, épouse parfaitement le frémissement et les soubresauts de la matière. Les pincements des cordes, le glissement sur les cordes et les percussions syncopées laisse un sentiment d’inquiétude propre à rendre celui des personnages du film.

Après avoir perdu son temps aux études, Julie Rousse se consacre à la musique. Elle avoue tout de même parfois que les coïncidences existent et qu’une rencontre en amenant une autre, la conjoncture actuelle favorisant les débats, elle a puisé alors quelques unes des ressources électroniques qui lui servent à mener à bien son projet musical.

Une source sûre affirme pourtant que ce serait en montant sur scène et au contact de grands maîtres de l’improvisation qu’elle serait devenue ce qu’elle est aujourd’hui: une musicienne au lyrisme grandiloquent et à la poésie puisée dans le chaos de l’enchevêtrement des rythmes et sons hybrides dont elle s’entoure pour éviter aux chimères contemporaines de lui bouffer le nez, par une technique ancestrale d’improvisation ultra secrète, car peu réservée au commun des mortels.

Avec son accolyte Philémon, ils forment un duo au nom imprononçable, Komsomolsk.

 

Le texte est écrit par Mylène Lauzon.

En 2000, Mylène Lauzon cofonde la revue de poésie « C'est selon », et la dirige de 2002 jusqu'à son départ de Montréal pour Bruxelles en janvier 2004. Ses textes ont été publiés dans les revues montréalaises « C'est Selon », « Revue Le Quartanier », ainsi que dans les revues françaises « Fusées », « Beaux-Arts Magazine », et sur « Sitaudis ». Elle travaille à l'écriture des textes de « Jean et Denise », prochain livre du bédéiste et éditeur belge Thierry Van Hasselt.

Dans Holeulone, paru en 2006 chez Le Quartanier éditeur, elle y explore la relation conflictuelle entre deux êtres se définissant l'un par l'autre, violemment tendus par une polarité qu'ils cherchent à dépasser.

 

Duel à la sensualité crue, dans un espace de fiction minimal (maison, pièce, océan, plage, table), l'un dans l'autre ils s'affrontent, sur la scène cruelle d'une rencontre monstrueuse où tout l'autre se coule en soi, sans que l'on cesse pour autant d'être tout seul dans son trou, assailli, assaillant, bataillant vers l'issue – descendu soi-même dans le trou qu'est aussi l'autre.



HEUREUX !
Réalisation / Direction : Thierry Van Hasselt
Rue Bossaert 55 - 1030 Bruxelles – Belgique
tvh@freon.org
Scénario / Screenplay :Thierry Van Hasselt
Langue originale des dialogues / Original language : Sans
Titre anglais/ English title :  All right !
Genre : Animation
Public / Audience : Adultes.
Synopsis / Synopsis
« Heureux ! » a été élaboré dans la continuité du spectacle de danse « Holeulone » de Karine Pontiès, où les animations et les peintures sur verre se mêlent aux chorégraphies de la danseuse. Après cette expérience, à partir de tout le matériel réalisé durant la création du spectacle, Van Hasselt se lance dans la création de ce film d’animation.
"All right!" was elaborated in the continuity of the dance show 'Holeulone' by Karine Pontiès where animations and paintings on glass mix with the choreagraphies of the dancer. After this experience, using the material made during the creation of the show, Van Hasselt gets into the creation of this animated film.
Images / Camera : Thierry Van Hasselt
Animation / Animation :Thierry Van Hasselt
Montage / Editing :Thierry Van Hasselt
Son / Sound :
Julie Rousse
Voix / voices : Mylène Lauzon.
Musique / Music :Julie Rousse.
Format de la copie : Beta SP
Coût copie : 25 euros
Son / Sound format : Stereo
Format pour la sélection / Selection format : DVD PAL
Durée / Running time :7'15''
Catégorie / Category : animation (peinture sur verre)
Production / Production :
Zorobabel en co-production avec FRMK (Fremok).
Contact : William Henne / Delphine Renard
Rue de la Victoire 132 1060 Bruxelles
tel/fax : 32 2 538 24 34
zorobabel@zorobabel.be
www.zorobabel .be
Année de production / Year of production : Bruxelles / Brussels - 2008

Biographie / Biography :
Thierry Van Hasselt est dessinateur et narrateur. Cofondateur des éditions Fréon, puis Fremok, il commence par produire des œuvres de bande dessinée qui allient préocupations poétiques et préoccupations plastiques. Il signe deux livres au Fremok et participe à la production d’une quarantaine de titres de bande dessinée d’auteurs dûs à des pointures internationales (Alex Barbier, Martin tom Dieck, Anke Feuchtenberger, Vincent Fortemps, Marko Turunen, Michaël Matthys etc.). Bien vite Thierry Van Hasselt et Fremok, tout en restant liés au médium bande dessinée, multiplient les extensions et échanges avec d’autres disciplines. Le Frémok va ainsi collaborer avec des chorégraphes (Karine Ponties, François Verret) avec le théatre (Muziek Lod) ainsi qu’avec de nombreux poètes, musiciens et plasticiens. Son premier livre, « Gloria Lopez » (une brique de 200 pages quadri paru en 1999, superbement imprimé et épuisé à ce jour) détournait les codes du récit d’investigation pour proposer une narration qui ne véhicule pas de vérité monolithique définitive. D’emblée, on est frappé par le traitement graphique des images travaillées au monotype. Elles sont à la fois très picturales et évoquent de vieilles photographies. Ce premier livre est déjà à la croisée des genres et des disciplines. Son second livre, « Brutalis », marque la première collaboration avec la chorégraphe Karine Pontiès. Il a été élaboré en parallèle au spectacle du même nom. Ils fonctionnent comme le prolongement l’un de l’autre. Il s’agit d’une longue séquence d’images muettes, au monotype, qui déploie des paysages et des corps en mouvement et débouche sur un univers infra-narratif. Peut-être est-ce un livre qu’on ne lit pas mais qu’on regarde tout simplement. Peut-être est-ce un livre essentiellement destiné au regard et au regard seul. Un livre pour spectateur et pas pour lecteur.

Filmographie
« Heureux ! » est son premier film.

Thierry Van Hasselt was born in 1965 in Belgium. He created “Fremok” a publishing house of comic books.He also works as a cartoonist and collaborates with many artists such as Alex Barbier, Martin tom Dieck, Anke Feuchtenberger, Vincent Fortemps, Marko Turunen, Michaël Matthys etc… “All right” is his first film in animation.