Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


ZOROBABEL
Avenue Van Volxem 200
1190 Bruxelles (Belgique)
32 2 538 24 34
zorobabel(a)zorobabel.be

Créé en 1994, Zorobabel produit des courts métrages d'auteur.
Par ailleurs, Zorobabel organise des ateliers de cinéma d'animation pour jeunes et enfants.

Facebook
Vimeo

ZOROBABEL est un Atelier de Production de la Fédération Wallonie-Bruxelles
ZOROBABEL est un Centre d'Expression et de Créativité de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Zorobabel est membre de l'
AAPA
Zorobabel is a member of the
ASIFA Worshop Group
Avec l'aide de la
Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Commission Communautaire Française.

Fédération Wallonie-Bruxelles
Cocof


zorobabel
ZOROBABEL
L'atelier de dessin animé et de cinéma d'animation Zorobabel est dirigé par deux auteurs-cinéastes qui ont étendu leur savoir-faire technique et créatif à un projet pédagogique et à un projet créatif. Lorsque l'atelier Zorobabel fut créé en avril 1994, il donna lieu dans un premier temps à des ateliers d'initiation au cinéma d'animation pour enfants, adolescents puis adultes. Au cours de stages et d'ateliers, Zorobabel s'est efforcé de toucher les publics les plus divers et notamment ceux qui n'ont pas toujours l'occasion d'accéder à la culture, faute de moyens ou en raison d'un milieu moins réceptif. Certains films issus des ateliers d'initiation (et donc réalisés par des jeunes ou des enfants) dépassent le cadre strict de l'expérience pédagogique et connaissent une diffusion en festival semblable aux courts métrages réalisés dans un cadre de production traditionnel.
Mais depuis le départ, la volonté de mettre sur pied une structure de production de films d'animation préexistait à la naissance de l'atelier : les courts métrages d'auteur verront le jour à partir de 1997. Cette démarche de production se poursuit aujourd'hui avec la volonté de produire de jeunes auteurs (premier ou second film), des auteurs qui adoptent une démarche personnelle et originale.
Il y avait a priori une scission entre ces deux volets de l'atelier, d'une part les films d'atelier d'initiation, d'autre part, les films d'auteur. Cependant, l'Atelier Collectif est un étrange mélange puisqu'il rassemble des créateurs issus de tous les horizons qui viennent réaliser un film en équipe dans un contexte de formation mais avec une finition comparable à un film d'auteur (copie 35 mm et tout et tout).
Pourquoi produire des films d'animation ? Ce qui caractérise spécifiquement le cinéma d'animation par rapport aux différentes disciplines audiovisuelles et en particulier par rapport au cinéma "en prise de vue réelle", c'est son aspect analytique. Cette occasion qui nous est donnée d'avoir une maîtrise, presque magique, sur un univers de fiction est une alternative à l'impuissance que nous avons à appréhender un monde qui nous échappe. En recréant un microcosme personnel, c'est toute une vision du monde que l'on construit, image par image, en maîtrisant une grande partie des paramètres visuels, esthétiques et sonores. Cette vision est révélatrice de la réalité qui nous entoure et, dans la foulée, révélatrice de nous-mêmes.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


zorobabel
L'ÉQUIPE
Delphine Renard William Henne
Delphine Renard
Coordinatrice
Responsable de la production
Responsable du personnel
William Henne
Coordinateur
Responsable de la production
Delphine Cousin Justine
Delphine Cousin
Assistante de coordination
Responsable de la diffusion
Justine Paulus
Secrétaire de production
Responsable de la comptabilité

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

CINÉMA D’ANIMATION (ATELIERS)

ATELIER D’ÉCRITURE
Scénario
Dialogues
Continuité dialoguée
Story board
ATELIER DE CRÉATION
Lay outs (croquis préparatoires, études, plans...)
Fabrication des décors et des personnages
Scénographie
Costumes
ATELIER DE CINÉMA
Mise en scène
Photographie de plateau
Prise de vue
Animation
ATELIER POST-PRODUCTION IMAGE
Retouches images
Effets numériques / animation et compositing
Montage
Étalonnage
ATELIER SON
Bruitages
prise de son
Montage et mixage son
Quand on regarde les films produits à l’atelier Zorobabel, que ce soit dans le cadre des ateliers d’initiation ou de l’atelier de production, on peut relever quelques spécificités.
INTERDISCIPLINARITÉ
La plupart des auteurs actuels ne se cantonnent plus à une unique activité. Musique, bande dessinée, théâtre, illustration, peinture, vidéo, danse, écriture, etc. participent de cette multi-disciplinarité moderne (ou post-moderne) qui nourrit leur pratique de réalisateur de films d’animation, loin des étiquettes réductrices que les média voudraient paresseusement accoler aux artistes en les confinant aux cases classiques de la culture. Un auteur qui évolue dans différents champs de la création est toujours suspecté de dilettantisme, alors que certains excellent à s’exprimer et à transposer leur univers sur les supports les plus divers.
zor
Les cinéastes produits par Zorobabel jouent aussi de ce décloisonnement vivifiant et contemporain. Le cinéma d’animation embrasse par nature un ensemble de domaines divers : scénographie, mise en scène, son, image, arts plastiques, musique, etc. Les praticiens de l’animation deviennent dès lors des acrobates polyvalents aptes à échanger avec tous les collaborateurs techniques et artistiques du film, voire à maîtriser lui-même tous ces aspects. Il n’est du coup pas étonnant de constater que certains auteurs produits à Zorobabel proviennent de filières scolaires et artistiques différentes des écoles de cinéma et d’audiovisuel.
De nombreux films de Zorobabel sont réalisés au moyen de techniques picturales : les réalisateurs tirent parti des effets matiéristes et de l’expressivité des textures pour suggérer de manière sensible leur univers personnel, parfois à la limite de l’abstraction. Dans le cadre des ateliers d’initiation et de l’Atelier Collectif, les animateurs de Zorobabel se réfèrent souvent à des artistes ou des mouvements artistiques pour définir un univers esthétique ou conceptuel. Une panoplie d’outils et de pratiques sont à notre disposition : pastels, craies, peinture sur verre, animation en sable, collages, pliages, pixillation, stop motion…
Depuis le premier atelier d’initiation, Zorobabel a régulièrement mené des ateliers en lien avec une production musicale, chorégraphique ou théâtrale.
Dans le cadre de l’Atelier Collectif, les membres de l’équipe sont issus des horizons les plus divers et contribuent par leur savoir-faire particulier à la conception de projets communs. Le renouvellement constant de l’équipe explique la multiplicité des factures esthétiques, des approches et des modes de narration, que l’on trouve d’un film à l’autre (documentaire, fiction, adaptation, parodie, projet musical ou chorégraphique, etc.)
Par ailleurs, tous les participants sont considérés comme co-auteurs des films. Les coordinateurs sont donc assimilés à des co-réalisateurs, au même titre que les autres membres de l’Atelier Collectif. Dans cet ordre d’idée, ils participent d’un mouvement, récent dans l’éducation permanente, qui voit s’estomper la distinction entre les acteurs du lieu (gestionnaires-animateurs) et les «usagers» du lieu (le public de l’association).
DÉTOURNEMENT & RECYCLAGE
Outre la parodie, style parfois adopté dans certains films de Zorobabel, le détournement est un procédé créatif qui induit un effet de décalage. On retrouve ce processus dans différents films d’ateliers d’initiation et de l’Atelier Collectif. Des bande-sons de documentaires ou de fictions sont détournées et remontées pour raconter autre chose, des jouets sont démontés ou des objets sont recyclés au service d’une esthétique originale. Cela s’inscrit dans la tradition de ré-appropriation qui part du collage surréaliste, passe par les bandes dessinées situationnistes, le Pop Art, certains procédés oulipiens, l’échantillonnage hip hop et aboutit aux multiples détournements actuels de la culture numérique (avec les éventuelles complications en matière de propriété intellectuelle).

L’ÉVOLUTION TECHNIQUE
Les premiers films de Zorobabel étaient tournés et montés en 16 mm (parfois gonflés en 35 mm), le son était monté sur un Revox ou en 16 mm. Progressivement l’informatique a pris le dessus. Le son d’abord, puis les films d’atelier réalisés en DV, ensuite les films d’auteur et de l’Atelier Collectif en HD ou en Full HD, finalisés à présent en DCP. Les techniques de compositing, d’incrustation, d’effets spéciaux et même un peu d’images de synthèse vinrent assister la réalisation de ces courts métrages. De nouveaux logiciels permettent à présent de réaliser des séquences en peinture animée, en dessin animé ou en vecteurs.


Plate 782. Playmobil walking From the volume IV TOY LOCOMOTION University of Pennsylvania, Philadelphia, in 1887